Outils pour utilisateurs

Outils du site


personnes:albert-bergerot

Albert le Volontaire National

Albert Bergerot était une «figure» de la famille, très cultivé, truculent et doté d'une forte personnalité. Il était le mari de Raymonde Lamotte, cousine proche de Suzanne. Particulièrement apprécié de Pierre et Suzanne, ces derniers partageaient volontiers avec lui une partie de leurs vacances d'été en Bretagne. Tout comme Pierre, Albert avait été fait prisonnier en 1940, mais avait été rapatrié en 1942 comme soutien de famille. Laisser ses camarades de captivité l'avait particulièrement peiné.

Des souvenirs familiaux nous avons extirpé quelques objets et documents lui ayant appartenu. Nous présentons ici sa carte d'adhérent au Parti Social Français, sa carte de contributeur, et son brassard supportant l'écusson des Volontaires Nationaux.

(Ci-dessous, la carte de membre du PSF et le brassard avec son insigne des Volontaires Nationaux que les militants arboraient lors des manifestations)

Le Parti Social Français était un parti politique représentant les droites françaises. Il a compté jusqu'à un million d'adhérents, sur une population de 41 551 000 habitants. Le P.S.F était issu de l'association des «Croix de feu» qui avait été dissoute en 1936 faisant suite aux émeutes, notamment à celle du 6 février 1934. La majorité des adhérents étaient des anciens combattants de la première guerre mondiale. François de La Rocque en sera le directeur.

Les «Volontaires Nationaux» était une association rattachée au Parti Social Français.(*)

(*) Parmi les membres de cette association notons les noms de François Mitterrand, et Jean Mermoz.

(Ci-dessus : la cocarde qui se portait sur le revers de la veste)

Albert vouait admiration et respect à François de La Rocque. (Ce dernier décédera peu après son retour d'Allemagne où il était déporté dans un commando dépendant du camp de concentration de Flossenbürg, près de la frontière Tchécoslovaque.)

Pour connaître un peu mieux cette période,voici trois liens :

- La manifestation du 6 février 1934 :https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_du_6_f%C3%A9vrier_1934

- Les Croix de feu et les Volontaires Nationaux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Croix-de-Feu

- François de La Rocque : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_de_La_Rocque

Nous garderons d'Albert le souvenir d'un personnage attachant mêlant un fort caractère assorti d'un sens de l'humour particulièrement aigu et développé…

N'avait il pas provoqué en duel de jeux de mots l'humoriste Francis Blanche ? Alors que ce dernier, roulant dans sa voiture américaine décapotable, lui avait aspergé le bas de son pantalon, en projetant l'eau du caniveau ! De mémoire, «l'agression» s'était déroulée rue des Blancs Manteaux.

Albert devait nous quitter en 1978, laissant Raymonde et leur trois filles, Françoise, Claude et Geneviève.

Il fera don de son corps à la science, geste généreux qui lui ressemblait beaucoup.

Retour à la page d'accueil

personnes/albert-bergerot.txt · Dernière modification: 06/05/2018 19:04 par jc